Archives de Catégorie: Eaux internationales

L’e-politique hors du bassin hexagonal.

Le tweet entre dans l’histoire

Twitter

Logo Twitter


Twitter s’invite dans les salles d’archives. La prestigieuse bibliothèque du Congrès américain a décidé de compiler l’intégralité des messages du, déjà célèbre, site de microblogging. C’est LePost qui relaie la nouvelle en France ce jeudi 15 avril. Une décision polémique alors que NKM revient sur le droit à l’oubli numérique.

Les messages Twitter « entrent dans l’Histoire » (Le Post)

« La plus vieille bibliothèque des Etats-Unis, la bibliothèque du Congrès, qui archive toutes les publications enregistrées du pays, s’attaque maintenant aux 55 millions de tweets postés chaque jour.

Dès lors, même un message un temps posté sur Twitter puis effacé sera conservé par le Congrès. « C’est très excitant, les tweets sont entrés dans l’Histoire » a expliqué le créateur du site. Cependant, les comptes « protégés » ne sont pas concernés par cette innovation. »  Lire la suite sur lePost

Publicités

1 commentaire

Classé dans Bulles politiques, Dans le bocal, Eaux internationales

Twitter, meilleur ami des dictateurs ?

Les Présidents et Premiers ministres voient depuis longtemps dans les médias sociaux une nouvelle forme de démocratie . Les « cyber-utopiens », visionnaires des nouveaux médias, annoncent également depuis longtemps des avancées démocratiques impressionnantes grâce à Internet. Les événements actuels tendent à prouver le contraire.

«Essayer de contrôler Internet, c’est comme essayer de clouer une gelée de fruits au mur,» déclarait notoirement Bill Clinton il y a dix ans. A propos de la « révolution » Twitter en Iran, Gordon Brown affirmait en Juin dernier que les avancées technologiques et la démocratisation de l’information impliquaient que « la politique étrangère ne pouvait plus être faite seulement pour quelques élites.»

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Bulles politiques, Eaux internationales

Twitter remplace-t-il les blogs?

Les chiffres sont là.

A l’heure où Twitter s’envole, les blogs, eux, déclinent. Tels sont les résultats du Pew Research Center’s Internet & American Life Project du mois dernier.


A la lecture de ces résultats, une question s’impose: Twitter aspire-t-il une partie de l’activité des blogs? Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Eaux internationales

La Corée du Sud bride le tweet politique

La Corée du sud emboite-elle le pas de l’Iran ?

La Commission Nationale des Élections (NEC) de la Corée du sud a provoqué un débat animé sur la scène politique et sur internet. Elle a annoncé en février qu’elle allait empêcher les hommes politiques et leurs partisans qui ne sont pas des candidats officiels de se servir de Twitter « afin de se promouvoir » pendant la période officielle d’un mois avant les élections du 2 juin 2010.

Pour surveiller les Tweets des membres des partis politiques, la NEC a ouvert son propre compte Twitter. C’est donc Twitter contre Twitter ?

Les candidats officiels peuvent encore publier des Tweets s’ils sont qualifiés comme « Information pour la compagne ». Mais les suiveurs n’auront pas le droit de « retweeter ».

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Bulles politiques, Eaux internationales

Si Martin Luther King avait eu Twitter…

Qu’est-ce qui se serait passé si Napoléon avait eu Twitter?

Le mois dernier, le site du magazine américain Vanity Fair s’est livré à un exercice intellectuel similaire dans un article intitulé « Qu’est-ce que Martin Luther King aurait fait de Twitter ? »

L’auteur, Baratunde Thurston, est le co-fondateur du blog politique Jack & Jill Politics qui se décrit comme offrant « une perspective de la bourgeoisie afro-américaine sur la politique des Etats-Unis. » Thurston est le rédacteur web du journal parodique extrêmement populaire The Onion, écrit qu’il « habite sur Twitter. »

Dans son article apparu dans Vanity Fair, Thurston crée une série inspirée des Tweets imaginé de Martin Luther King Jr.. Ces Tweets hypothétiques sont aussi drôles que provocateurs.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Eaux internationales

Les Etats dans le cyber-espace : retour sur l’affaire Google

Le 12 janvier 2010, Google annonçait avoir été victime d’une cyber-attaque contre ses serveurs en Chine, et menaçait de se retirer du paysage internet chinois à moins que sa plateforme google.cn ne soit libérée de ses filtres. Ce différend entre une compagnie privée et un gouvernement d’Etat s’est peu à peu mué en crise diplomatique sino-américaine. En décembre, il y eut déjà les négociations délicates sur le climat à Copenhague ; le 29 janvier dernier, Pékin s’élevait contre la vente pour 6,4 milliards de dollars d’armes américaines à Taïwan, gelant ses échanges militaires avec Washington ; Avant-hier, le porte-parole de la Maison Blanche confirmait, malgré de nouvelles protestations chinoises, un entretien entre Barack Obama et le Dalaï-lama. Ce mois de crispations entre les deux géants, sur fond de supposées manipulations monétaires, s’il illustre la nouvelle donne internationale, préfigure un nouveau terrain d’affrontements : le cyber-espace.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Dans le bocal, Eaux internationales

En garde, Obama: Les républicains ont rattrapé leur retard en ligne

Les États-Unis peuvent dire au revoir aux jours où seul le président Obama savait employer les réseaux sociaux pour tourner une campagne en sa faveur. Pendant les dernières élections, Obama n’avait pas face à lui un adversaire très High-tech. Mais le parti républicain s’investit aujourd’hui dans l’apprentissage des réseaux comme Facebook ou Twitter, pour ne pas à l’avenir répéter les mêmes erreurs.

Un article de The Washington Post du 24 janvier titré «Out of the wilderness, onto the Web » (traduit en français « Sorti de la jungle, arrivé sur le web ») a suivi la semaine dernière la campagne électorale du sénateur du Vermont pour démontrer ce phénomène. Même si le candidat démocrate, ancien gouverneur d’État, s’est pas mal débrouillé sur le web, c’est le candidat républicain, Scott Brown, qui l’a emporté – en grande partie grâce à ses multiples efforts  en ligne et à sa stratégie incontournable sur le web. L’article détaille les efforts de Brown :

« Les supporteurs de Scott Brown sont devenus « fans » du candidat sur Facebook où ils ont commenté ses « updates » de statut et où ils ont téléchargé leurs propres photos. Le candidat républicain s’est mis sur Twitter, en se servant des « #masen hashtag » pour tenir au courant ses suiveurs. Sa campagne de terrain a été poussée par des publicités ciblées en ligne, et par des feuilles de calcul du web. La campagne a permis de récolter 12 millions de dollars auprès de 157.000 donneurs individuels pendant ses deux dernières semaines. »

Conclusion: les démocrates n’ont plus le monopole de l’organisation sur le web. Maintenant que les républicains donnent l’impression de bien maîtriser les outils virtuels, nous pouvons nous attendre à ce que le monde de la stratégie politique américaine en ligne se renouvelle rapidement. C’est parti !

A.F.

Poster un commentaire

Classé dans Bulles politiques, Eaux internationales, Uncategorized